La case vide de l'échiquier politique martiniquais

   D'aucuns assurent, depuis les dernières élections législatives, que toutes les cases de l'échiquier politique martiniquais seraient désormais occupées avec l'apparition de ce que l'on peut appeler un "assimilationnisme d'extrême-gauche". 

   Or, rien n'est plus faux !

   En effet, il existe une case vide, une case qui n'a jamais été occupée. Celle de l'indépendantisme ni marxiste ni noiriste. En Martinique, être indépendantiste a toujours signifié être communiste ou pro-cubain et depuis peu, être afro-centriste ou noiriste. Pourtant ni au 19è siècle (lors des indépendances des pays d'Amérique du sud) ni au 20è (lors des indépendances des pays de la Caraïbe), la souveraineté nationale n'a été obtenue par ces deux mouvances politiques. Quand Fidel Castro arrive au pouvoir en 1959, Cuba est indépendante depuis 1902. Quand ce fut au tour de Maurice Bishop d'arriver au pouvoir en 1979, l'île de Grenade était indépendante depuis 1974 et quant à Hugo Chavez, devenu président du Venezuela en 1999, son pays était indépendant depuis 1811. 

   Sinon dans notre proche entourage (Sainte-Lucie, Antigue, Dominique, Barbade, Saint-Vincent etc...), aucune indépendance n'a été obtenue ni par l'extrême-gauche marxiste-léniniste et encore moins par les afrocentristes. En toute logique, cela aurait dû donner à réfléchir à ceux qui en Martinique souhaitent ou luttent pour l'accession à la souveraineté. Cela signifie surtout qu'il existe une case de l'échiquier politique martiniquais qui n'a jamais été occupée à ce jour. Ni même imaginée d'ailleurs !  

   S'agissant de l'option marxiste-léniniste, chacun peut constater qu'il n'existe plus qu'un ou deux pays communistes sur la planète : Cuba et la Corée du Nord. Le système Poutine et ses oligarques n'a rien à voir avec l'idéal marxiste et en Chine, 80% des emplois urbains sont offerts par le secteur... privé (contre 4% à Cuba). Sans compter qu'en 2020, la Chine a compté plus de milliardaires, proportionnellement, que les... Etats-Unis ! A Cuba, jusqu'à plus ample informé, il n'y a ni oligarques ni milliardaires. On y croit encore qu'il est possible de faire advenir l'Homme Nouveau c'est-à-dire une créature débarrassée de l'égoïsme, du goût du profit, de l'arrivisme et de la corruption. Bel et très noble idéal mais qui se fracasse contre la réalité laquelle a tout simplement pour nom la Nature humaine. La triste, l'affligeante Nature humaine ! Se réclamer donc du système cubain relève par conséquent du rêve éveillé, de la chimère, aussi beaux, répétons-le, soient les principes d'une société marxiste. Sur le papier...

   Quant aux afrocentristes et autres noiristes apparus sur la scène politique martiniquaise tout récemment, eux aussi se trompent de voie. Notre combat pour la souveraineté n'a rien, absolument rien à voir, avec un problème de race, un problème de Neg contre Blanc-pays (Béké) et Blanc-France. Nous aurions été colonisés par le Sénégal ou le Cameroun ou encore par l'Algérie, le Brésil ou l'Ouzbékistan que notre problème serait exactement le même. En effet, notre problème fondamental n'est pas d'avoir la retraite à 60 ans ou le SMIC à 1800 euros comme se l'imaginent les assimilationnistes d'extrême-gauche ni d'africaniser la Martinique comme se l'imaginent les noiristes en vouant aux gémonies cette langue et cette culture créoles que nos ancêtres ont si difficilement bâties pendant cette horreur tri-séculaire que fut l'institution esclavagiste. 

   Notre problème est bien plus simple et brutal : nous courons, notre minuscule population de 360.000 habitants risque tout simplement de disparaître, ce qu'Edouard Glissant avait déjà souligné en 1981 dans son ouvrage Le Discours antillais, processus qu'il a qualifié d'"hawaïsation". Nous sommes en danger, la goutte de café martiniquaise est tout simplement en danger, d'être diluée dans les mille hectolitres de lait français et les dix-mille hectolitres de lait européen. Notre existence même en tant que peuple se trouve désormais en état d'urgence absolue.

   Que faudrait-il donc faire ? 

   D'abord convaincre les Martiniquais (du moins les 70% qui ne vivent pas en-dessous du seuil de pauvreté) de cet état d'urgence absolue. Chose qui est loin d'être gagnée tant la poigne étatique française et ses soutiens locaux sont puissants. Il faut leur marteler, à ces 70%, et en créole : disparet ké pwan nou si zot wè nou rété adan léta-a éti nou yé a. NOUS ALLONS TOUT SIMPLEMENT DISPARAITRE ! Ensuite, parallèlement, tout faire pour que la Martinique soit réinscrite sur la liste des pays à décoloniser établie par l'ONU, liste sur laquelle figurent la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie. Et sur ce point précis, si nos noiristes étaient sérieux, ils auraient dû prendre contact depuis longtemps avec les états africains progressistes pour qu'à l'ONU, ceux-ci mettent cette question sur la table au lieu d'aller faire du tourisme mémoriel à la Porte du Non-Retour au Bénin. Ou nous bassiner avec leur stupidité anti-créoles.

   Final de compte, oui, il y a une case politique encore vide sur l'échiquier politique martiniquais : celle d'un indépendantisme ni marxiste-léniniste ni noiriste. On voit déjà les réactions ! Vous voulez nous transformer en Barbade ou en île Maurice ! Oui et alors ? Pourquoi pas ? Ce serait déjà mieux que rien. Ce serait déjà ne plus courir le risque de disparaitre en tant que peuple. La Barbade et d'autres pays caribéens ne sont-ils pas, d'ailleurs, à la pointe du combat pour les réparations de l'esclavage ? Eux au moins, ils savent à qui l'argent des réparations serait remis : à leurs banques nationales. En Martinique, par contre, si par extraordinaire, l'Europe acceptait de payer la dette de l'esclavage, A QUI cet argent serait-il confié ? A la Préfecture, à l'Evêché, à la CTM, aux municipalités, à l'ASSAUPAMAR, aux syndicats etc... ? Se battre pour des réparations de l'esclavage quand on n'est pas un pays indépendant revient ni plus ni moins qu'à mettre le cabrouet avant les bœufs.  

   Sinon il ne faut pas mentir non plus aux 70% de Martiniquais qui ne vivent pas en-dessous du seuil de pauvreté. Il faudra leur dire que l'indépendance n'est pas an rimed-djéri-tout, une panacée et qu'il faudra maré ren-nou, se ceindre les reins comme le font nos voisins Caribéens et les peuples des pays du Sud. POUR NE PAS RISQUER LA DISPARITION, IL NOUS FAUDRA ACCEPTER DE FAIRE DES SACRIFICES. De gros sacrifices ! Et cela en n'ayant pas la prétention d'inventer une société nouvelle mais en nous inspirant humblement de ce qu'ont déjà fait des pays de taille et de population similaires aux nôtres : Barbade, Cap-Vert, île Maurice, Seychelles etc... Ceux que l'on nomme les "micro-états" dont les problèmes n'ont rien à voir avec des états de taille moyenne comme Cuba, le Mali, le Tchad ou la Côte d'Ivoire lesquels sont tous plus vastes que le Portugal, la Belgique ou le Danemark soit dit en passant.

   Or, Barbade fête le 48è anniversaire de son indépendance, aucune délégation indépendantiste martiniquaise ! Son 49è, 50è, 51è, pareil ! Quant à se rapprocher de l'île Maurice, du Cap-Vert, de Sao-Tomé-Et-Principe ou des Seychelles pour comprendre comment ils s'y prennent pour gérer leur pays, ou pa wè'y ! Rien non plus. On préfère vénérer Karl Marx ou Toutankhamon. En pure perte...

   Nous ne pourrons espérer sortir de l'état d'urgence absolue dans laquelle se trouve la Martinique que si la dernière case de l'échiquier politique martiniquaise se trouve enfin investie. 

Commentaires

La voie marxiste d'accès à l'indépendance est obstruée.

Rose

04/08/2022 - 13:26

Ni aucune délégation "indépendantiste" (les guillemets se justifient de plus en plus) aux 52 ème, 53 ème,54ème,55ème,56ème anniversaire (2002) d'un pays situé à 250 km de la Mque !!!!Ces gens font passer leur choix marxistes AVANT le choix indépendantiste !!! Parce que pour eux l'indépendance n'était en fait qu'un moyen d'instaurer une société marxiste .D'ailleurs ils le faisaient entendre clairement :les classes sociales exploitées par les capitalistes soutenus par l'Etat colonial devaient instaurer un Etat ouvriers /paysans de "Noirs pauvres indépendants des Blancs et des riches" , vous vous souvenez? Sauf que les "Noirs pauvres " ne le sont plus tellement et le prolétariat sur lequel comptaient les marxisto-indépendantistes se sont INTEGRES A LA CLASSE MOYENNE consumériste , hédoniste et réclamant toujours plus d'argent. Cette voie marxisto-indépendantiste est donc complètement obstruée. Il faut donc trouver autre chose

PRECARIAT

Albè

05/08/2022 - 07:36

Non, Rose, les prolétaires martiniquais ne se sont pas "intégrés à la classe moyenne" comme vous le prétendez ! il y a 30% de Martiniquais qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté (400 euros par mos) et 30% qui vivent avec le SMIC ou un peu plus. La classe moyenne, quant à elle, ce sont les fonctionnaires avec leurs 40% et les professions libérales (médecins, avocats etc.). En fait, les exploités sont passés du "prolétariat" au "précariat".

Connexion utilisateur

Commentaires récents

  • Jean-Luc Mélenchon : la Corse c'est la France, Taïwan c'est la Chine, la Martinique c'est la France

    Micro-processeurs.

    OuiNon

    07/08/2022 - 20:32

    Lors de la Seconde guerre mondiale, Tchang Kaï-chek combat le Japon, ce qui lui vaut de faire par Lire la suite

  • Aux "Journées Internationales" de Corte (en Corse), ils étaient tous là sauf les Antillais

    Simplement : pourquoi ?

    OuiNon

    07/08/2022 - 18:22

    Albè :
    Lire la suite

  • Aux "Journées Internationales" de Corte (en Corse), ils étaient tous là sauf les Antillais

    N'IMPORTE QUOI !

    Albè

    07/08/2022 - 17:49

    Vous racontez n'importe quoi ! Lire la suite

  • Passeport mauricien : Vous pouvez vous rendre dans 146 pays sans visa

    Voyages...

    OuiNon

    07/08/2022 - 15:35

    Les Mauriciens qui ont un passeport peuvent se rendre sans visa dans 146 pays.
    Lire la suite

  • Ki manniè bagay-tala posib ?

    Ki mannyè sa posib ? Très simple !!

    Rose

    07/08/2022 - 14:49

    Réponse :les Seychellois ont opté pour le libéralisme et le tourisme ,comme Barbade , les Bahamas Lire la suite

Visiteurs

  • Visites : 1238636
  • Visiteurs : 64408
  • Utilisateurs inscrits : 194
  • Articles publiés : 1329
  • Votre IP : 44.200.30.73
  • Depuis : 01/05/2021 - 18:57