L'Eddie Marajo bashing, énième symptôme de notre infantilisme

   On peut penser ce qu'on veut d'Eddy Marajo, on peut ne pas aimer son parler-cash, ses formules décapantes, son rire sarcastique ou sa relative désinvolture, mais on ne peut pas le traiter de charlot ou en bon français local d'initil.

   Le fondateur d'Open-Soft Sytem ne parle, en effet, jamais en l'air. Il veille à toujours appuyer ses dires sur des chiffres, des statistiques et surtout des enquêtes pratiquées dans les règles de l'art. Ce n'est pas si fréquent à la Martinique ! C'et même rare, très rare, dans un "pays" qui, depuis l'explosion des réseaux sociaux, est devenu, non pas une "version absurdement ratée du paradis" pour reprendre la formule cinglante de Césaire, mais le paradis des déclarations à la fois absurdes et arrogantes. Exemple : la France aurait envoyé des médecins "blancs" (hexagonaux) au CHUM afin de débrancher nos jeunes malades (30-40 ans) atteints du covid de façon à accélérer le "génocide par substitution". Admettons ! Mais alors comment expliquer que dans le même temps, cette même France dépense des centaines de milliers d'euros pour transférer par avion nos malades vers des hôpitaux parisiens ? Le pays de Descartes serait-il devenu dingue ? Il enverrait donc des types pour nous tuer tout en transférant nos malades par-delà l'Atlantique pour tenter de les sauver. Les Martiniquais qui diffusent abondamment ce genre d'inepties sont loin d'être des "Bac-12" pourtant ! 

   Revenons à Eddie Marajo qui non seulement est un homme sérieux, mais aussi quelqu'un de très intelligent. L'un des plus avisés analystes des maux et des errements qui affectent notre société martiniquaise depuis l'avènement du nouveau siècle en tout cas. En plus, l'homme a des "graines" ! Il n'hésite jamais à dénoncer la corruption qui gangrène notre société comme dans le cas du scandale de la CFTU, corruption qui, comme chacun sait, va du simple "filon" (j'embauche dans "ma mairie", "ma communauté d'agglo" ou "ma CTM", mon fils ou ma fille ou le cousin du petit neveu de ma "fanm-déwò") jusqu'au "détournement de fonds publics en bande organisée au détriment de l'Union Européenne" (scandale du CEREGMIA à l'Université). Corruption que ne dénoncent jamais les grands inquisiteurs qui sévissent sur les réseaux sociaux ! 

    Pour des propos tenus sur une télé privée, dont il était pourtant le seul à faire une émission sérieuse, la plupart des autres volant au ras des pâquerettes (ou des "zeb-kabouya" si l'on préfère), le voici, Marajo, cloué au pilori, insulté, dénoncé, livré à la meute des grands savants 2.0 (infectiologues-Facebook, épidémiologistes-WhatsApp, microbiologistes-Instagram etc.). En bon français, ça s'appelle du "bashing" et en bon créole, "an volé lienn balata". Pire : le proprio de cette télé a cru bon devoir présenter ses excuses à ses téléspectateurs, désavouant du même coup, la seule personne qui donnait à sa chaîne un minimum de crédibilité. Evidemment, motus et bouche cousue chez nos chers "intellectuels", planqués comme à leur habitude et toujours prompts à saisir les "tot" (sinécures) que leurs offrent les différents partis politiques "au pouvoir" dans une île où le vrai pouvoir est détenu par le représentant de l'Etat français à savoir le préfet. Le seul, par exemple, et non le président de la CTM, à décider s'il faut fermer l'aéroport, interdire l'accostage des bateaux de croisière ou encore autoriser l'accès aux plages en cette période de covid. 

   "Intellectuels" qui, autre exemple affligeant, n'ont jamais élevé la voix contre une émission imbécile d'une autre télé privée dans laquelle un type déguisé en médecin prend les malades qui viennent en consultation dans son cabinet pour de parfaits crétins parce qu'il les croit...guadeloupéens ! Cette vakabonnajri xénophobe, qui dure depuis des années, n'a jamais suscité la moindre remarque ni réprobation chez nos intellectuels, politiques, artistes, syndicalistes ou journalistes. Ca passe comme une lettre à la poste ! Triste Martinique...

   Nous apportons donc notre plein et entier soutien à Eddie Marajo qui est l'une des rares personnes à dire aux Martiniquais leurs quatre vérités. Sa société éditant déjà 6 magazines, ce qui fait de lui un brillant chef d'entreprise, tout le mal que nous lui souhaitons, est d'en créer un 7è au lieu de perdre son précieux temps sur une télé qui l'a lâchement désavoué. Et si jamais, il a besoin d'un titre, nous lui en proposons un : MARTINIQUE MAKAKRI...

Commentaires

Télé privée

Tokyo

07/11/2021 - 18:53

Parfaitement d'accord. En plus l'autre télé privée dont il est question ,outre le fait qu'elle est apparemment la chose d'une même famille ,se distingue en permanence par l'arrogance et la misogynie de son principal animateur ,bizarrement jamais dénoncé comme tel. Il est vrai que cette télé fut longtemps présentée et à tort évidemment comme "indépendantiste". Pffff!!

Pour que cette télé agresse…

Albè

08/11/2021 - 05:59

Pour que cette télé agresse ainsi régulièrement et gratuitement les Guadeloupéens, c'est à se demander s'il ne s'agirait pas d'une vengeance de son directeur parce que, par exemple, une Guadeloupéenne aurait refusé ses avances dans son jeune temps; Sinon que fait le CSA pour arrêter ce déchaînement de xénophobie ?

Vengeance anti-guadeloupéenne

Tokyo

08/11/2021 - 06:20

Pour Albè: l'explication que vous donnez de cette xénophobie me semble correspondre parfaitement au profil du personnage.

Soutien total à Eddie Marajo…

Veyative

09/11/2021 - 05:29

Soutien total à Eddie Marajo. Il cherche toujours la vérité , mais cette dernière blesse. Quelqu'un a dit " si la vérité blesse, c'est la faute de la vérité"... Je rajoute ce n'est donc pas la faute de Marajo.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

  • Drapeau et hymne martiniquais ou l'art de mettre le cabrouet avant les boeufs

    Nationalisme de pacotille, négrisme? Chant des Partisans? Hum...

    Frédéric C.

    03/12/2022 - 21:53

    N'étant pas psychiatre, je me garderais bien de parler de schizophrénie ou de bipolarité concerna Lire la suite

  • KREYOLAD 951 - Sikilé, pa ni tjak

    Non-lieu

    OuiNon

    03/12/2022 - 21:41

    Un non-lieu ou plus exactement "non-lieu à poursuivre" n'est pas synonyme de "Circulez, il n'y a Lire la suite

  • Drapeau et hymne martiniquais ou l'art de mettre le cabrouet avant les boeufs

    Concours

    OuiNon

    03/12/2022 - 14:55

    La plupart des régions françaises ont un drapeau, un emblème, un logo, peu importe. Lire la suite

  • Drapeau et hymne martiniquais ou l'art de mettre le cabrouet avant les boeufs

    Tout à fait !...

    Jean NEMAR

    03/12/2022 - 12:44

    Absolument d'accord ! Lire la suite

  • Simié ri sa bon kalté ri sa pito

    ANTIKAMITE

    Albè

    02/12/2022 - 16:42

    A ce compte-là, une nouvelle forme de discrimination, similaire à l'antisémitisme, risque d'appar Lire la suite

Visiteurs

  • Visites : 1850477
  • Visiteurs : 82917
  • Utilisateurs inscrits : 228
  • Articles publiés : 1759
  • Votre IP : 44.210.77.106
  • Depuis : 01/05/2021 - 18:57