Serge Letchimy imprime grave : il n’est pas homme de moratoire.

Yves-Léopold Monthieux

Rarement en Martinique des personnalités politiques de premier rang auront autant suscité la controverse qu’Alfred Marie-Jeanne et Serge Letchimy. C’est le premier rapprochement entre les deux premiers présidents du conseil exécutif de la collectivité territoriale de Martinique (CTM). Au cours d’une rencontre organisée dans le cadre d’élections législatives, l’adversaire du candidat Alfred Marie-Jeanne avait voulu embarrasser ce dernier en l’affublant, pour dénoncer ses méthodes autoritaires à la Région, du titre de « roi de Plateau Roy ». Il s’était produit l’effet inverse : rougissant d’aise, le Président avait répondu que cette référence suprême lui convenait parfaitement. Au cours de la récente interview accordée à Martinique-la-Première au Premier Martiniquais, on pouvait croire à une variante de cette anecdote. Sur le ton de la connivence, le nouveau président traduisit à son avantage l’embarras de la journaliste : “Si tu veux m’appeler président de Martinique, je ne vais pas me sentir insulté”. On ne peut mieux dire que Serge Letchimy et Alfred Marie-Jeanne se sont retrouvés au même niveau d’hubris.

Ainsi, celui qui se laisse appeler au dehors Président de la Martinique souhaite sans fausse modestie se voir nommer officiellement “Président de la collectivité territoriale de Martinique”. En attendant mieux, comme de bien entendu. L’accord des futurs présidents avait été parfait au moment de l’écriture du statut de la CTM : un costume taillé à leurs mesures, un exécutif à leur main, une assemblée docile de chez docile, bref, une machine à créer de l’autoritarisme. Un monstre institutionnel, estiment certains juristes, dont la seule limite tient au parapluie de l’Etat, d’ailleurs, de plus en plus insupportable. Ni démocratie ni dictature, « démocrature » est le mot qui parait le mieux convenir à ce statut hybride. Aux manettes de la collectivité, le leader autonomiste imprime grave dans le morne silence de la classe politique. La Martinique avance - c’est son mot - sans aucun vrai débat sur les questions brûlantes. Sans attendre le bon statut, le Président s’en affuble les oripeaux : un drapeau, un hymne, une seconde langue officielle ; rapport de Césaire aux Békés, « lui c’est lui, moi c’est moi » ; rapport aux activistes, votre drapeau RVN, je vous l’offre ; à l’international, c’est Mister Président of Martinique. Une inspiration et une plume, celles du Prix Goncourt Patrick Chamoiseau ; des moyens : la presse et autres courroies de transmission. Par ailleurs, contrairement à son prédécesseur qui s’adressait aux Martiniquais par-dessus les élus, Serge Letchimy, plus économe de son temps, s’appuie sur ces élus et les leaders de la société civile.

C’est la sidération au Mouvement indépendantiste martiniquais (MIM) and Co, ou ce qu’il en reste. Les affidés sont stupéfaits de découvrir des gestes qu’ils auraient attendus de leur vieux président, et de constater qu’à son profit, le patron du PPM a dépouillé le MIM de son contenu, politique. Ils se demandent, à l’image de Louis Boutrin et de bien d’autres qui voudraient garder quelque cohérence idéologique, s’il n’est pas temps de rallier le panache du nouveau président. Ce pourrait être le cas de Francis Carole, l’ami des régimes autoritaires, hier de l’Albanie stalinienne, aujourd’hui de l’Azerbaïdjan dévoreuse de frontières, à moins qu’il ne vise la succession de Chaben qui, en laminaire, s’accroche encore. En attendant, le chef de file du MIM à la CTM se contente de contrôler la régularité des convocations et de renvoyer aux autres la paternité de tous les échecs de la gauche. Cette sidération n’est pas sans rappeler celle de feue la Droite, en 1983, qui s’était retrouvée incapable de s’opposer à la Gauche. Après l’avoir ardemment combattue, celle-ci lui avait piqué la politique assimilationniste. Même cause même effet ? On annonce la disparition prochaine du MIM et mezza voce celle du PPM.

Reste que depuis 1983, rayi chien dan-y blan, Serge Letchimy est le premier président de collectivité à refuser de mettre son idéologie entre parenthèses - de mettre son mouchoir dans sa poche, dit-on de façon triviale - au moment même où le geste trahit le propos. En effet, tous ses prédécesseurs se sont « moratorisés », le plus illustre d’entre eux ayant ouvert la voie, et se sont retrouvés à gérer l’assimilation avec gourmandise. Ainsi, depuis 40 ans ces idéologues intermittents ont pu occuper sans intermittence le pouvoir local ; ils sont dès lors autorisés à s’en attribuer les peu glorieux résultats. L’ex-député martiniquais, qui avait frisé la sanction disciplinaire à l’Assemblée nationale, s’est très peu plié à la politique de renoncement de ses « anciens ». Si aucun Martiniquais ne changerait par gros temps le toit de sa maison, en ces temps de remises en cause tous azimuts, de faiblesse de l’Etat et d’effervescence identitaire, le Président pense que l’heure du possible est venue. L’heure de nous-mêmes, pense-t-il sans doute. Son vieux rival ayant quitté la scène, la voie est dégagée et le moment lui paraît opportun pour donner du contenu au discours césairien.

Dernière ressemblance entre les deux présidents, Alfred Marie-Jeanne souhaitait donner son nom à l’évolution de la Martinique, jusqu’à promettre à Césaire d’être jeté aux oubliettes de l’histoire : pas très bien vu ! Tandis que Serge Letchimy, lui aussi, veut laisser sa trace. Le pourra-t-il ? Foin de salamalecs, le Président profite des éléments et de la durée exceptionnelle de son mandat pour battre le fer. Son credo : conduire la Martinique le plus loin possible sur le chemin de l’évolution statutaire.

Curieusement, les militants autonomistes n’en sont pas convaincus, qu’on ne retrouve pas en rangs serrés derrière le successeur de Césaire. Mais s’il n’en reste qu’un, il sera celui-là. Car à l’image du mot de Frantz Fanon qui regrettait qu’il n’y eût en Martinique que peu d’hommes dans les pantalons, dès que l’autonomie bouge une oreille, il n’y a plus personne derrière les étiquettes. Et les plus ambitieux mais non moins obséquieux se dispersent en se délectant an ba fèy du non-renouvellement probable, volontaire ou non, du mandat de l’auteur de Discours sur l’autonomie[1]. Pour cause d’audace autonomiste !

Fort-de-France, le 27 mai 2024

Yves-Léopold Monthieux

 

[1] Discours sur l’autonomie. Serge Letchimy – Ibis rouge mars 2002

Commentaires

PAS TROP COMPRIS...

Albè

04/06/2024 - 13:31

...le sens de cet article. Quelqu'un peut-il m'expliquer sans partir dans des considérations politico-philosophico-machin ?

Exact

Tyler_Durden

06/06/2024 - 06:34

Tout à fait d accord avec vous. Le constat est simple et argumenté (n’en déplaise à notre ami Albe qui ne comprend décidément pas grand chose visiblement , cf. D autres articles dans lesquels il fait référence aux mêmes choses… bref.)
Et je rajouterais, pour revenir à votre texte, que notre « président » ne traite quasiment plus aucun autre sujet différent de ceux liés à l autonomie (entre deux courriers a stephane plaza). La ctm en est l exemple le plus concret , et sa forme institutionnelle ne peut pas expliquer a elle seule son immobilisme… il n y a pas d argent ? On entend dans certains milieu qu il y aurait de l argent . On entend aussi, ce qu on entendait avec AMJ, que toutes les décisions doivent passer par le bureau du « président » donc encore une similitude .
Concrètement aucun projet n est mené actuellement par la CTM… rien de structurant , aucune vision d avenir , aucun discours bienveillant et rassurant pour le peuple (uniquement des polémiques stériles). La ctm semble être dans la réaction uniquement et pas proactive sur des sujets pourtant primordiaux pour notre avenir. II nous faudrait un vrai « président », peu importe son horizon politique ou son origine , avec une vision d avenir pour nos compatriotes … « la Martinique n avance plus »

PARCE QU'AVANT LETCHIMY...

Albè

06/06/2024 - 09:58

...il y a eu des "projets structurants" selon l'expression-bateau que vous utilisez ? Comme je suis très bête, auriez l'extrême amabilité de m'indiquer lesquels ? Si la liste est trop longue, deux ou trois suffiront. Merci d'avance !

Connexion utilisateur

Dans la même rubrique

Commentaires récents

  • Et les presque 40.000 Gazaouis massacrés, ne sont-ils pas "en décomposition" ?

    Crimes de guerre sans limites...

    abdou thiam

    15/07/2024 - 19:51

    Ecoles éventrées ,marchés bombardés ,hopitaux et leurs patients pulvérisés,immeubles atomisés ,or Lire la suite

  • Le PPM et le GRAN SANBLE sont-ils encore légitimes à la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique) ?

    Boxe et politique ?

    MARTIN T@M@R

    13/07/2024 - 10:04

    Autant savoir de quoi on parle : un knock down, c'est le boxeur à terre, ne serait-ce qu'un genou Lire la suite

  • « “Dégage au bled”, “pourriture d’Arabe” : depuis le 9 juin, les racistes n’ont même plus peur de la honte »

    A bas le racisme anti-blancs!!!!!

    abdou thiam

    10/07/2024 - 14:15

    La lutte contre ce racisme doit etre indissociable du pernicieux racisme anti-blancs qui se propa Lire la suite

  • 10 jeunes Renois premiers au concours d'entrée à Polytechnique

    MECHANTE BLAGUE

    Albè

    08/07/2024 - 08:09

    Cet article est une méchante blague, je suppose...

    Lire la suite
  • Martinique : Papa De Gaulle, Papa Mitterrand et Papa Mélenchon

    Réponse à tyler durden

    abdou thiam

    06/07/2024 - 08:25

    L'un des problèmes soutenus dans l'article et que je partage ce n'est pas que les Antillais parti Lire la suite