Bizarre que Le Pen et Zemour ne réclament jamais de la "remigration" des 5 millions de Sud-Africains blancs !

   Au pays de Descartes où la "Raison" est censée être reine, force est de constater que la plupart du temps, on lui tord allègrement le cou quand ça arrange. 

   Pourtant, à bien regarder, rien de plus simple qu'une déduction logique !

   Par exemple, si l'on soutient, comme le font jour et nuit les médias français depuis le 7 octobre, que la destruction des Juifs d'Europe est le plus grand crime contre l'humanité de tous les temps, que doit-on en déduire ? Déduire EN TOUTE LOGIQUE. Ceci : que ceux qui ont commis ce crime, à savoir les Européens, sont les plus grands criminels de l'humanité de tous les temps.

    Déduction que même un enfant de six ans serait capable de faire mais que les politiciens, journalistes, militaires, experts etc...qui sévissent sur les plateaux-télé ne font JAMAIS. Mais bon, l'essentiel est que le Sud global soit conscient de cette duplicité ou cette malhonnêteté intellectuelle crasse. Venons-en à cette affaire de "remigration", cheval de bataille de Le Pen et Zemour. Très simple : il s'agit de renvoyer chez eux tous les Non-Européens se trouvant sur le sol français et ça le plus vite sera le mieux. Et pourquoi, parce que ces Africains, Arabes, Antillais, Asiatiques etc...vont submerger la population gauloise et donc blanche. Là encore, on peut se demander si, en plus de la Raison cartésienne, les Français, qui s'apprêtent à voter en masse pour l'extrême-droite aux prochaines élections européennes, ne seraient pas fâchés avec la plus simple arithmétique. Qu'est-ce à dire ? Ceci : comment 7 millions d'immigrés pourraient-ils bronzer ou noircir 67 millions de Français ? 

   En effet, en quatre siècles de colonisation de la Martinique, les Français qui étaient 20 millions au 17è siècle, moment où débute la conquête de l'île, pour 12.000 Africains réduits en esclavage jusqu'à aujourd'hui où les premiers sont 67 millions et les seconds 350.000, les Français donc n'ont jamais réussi à blanchir la Martinique en dépit d'un métissage ininterrompu. On est au 21è siècle, quatre siècles après, et pourtant malgré ce métissage ainsi que la déportation de dizaines de milliers de Martiniquais dans l'Hexagone à compter des années 60 du siècle dernier par le biais du BUMIDOM (Bureau des Migrations d'Outremer) pour participer, comme les Arabes et les Africains à la renconstruction de la France d'après-guerre, à vue d'oeil (puisque la législation française interdit le comptage ethnique), 80% des Martiniquais sont encore des Noirs.

   Conclusion : arithmétiquement et même si l'immigration continuait au rythme actuel, il est IMPOSSIBLE que les immigrés changent la composition ethnique de la France. 10,3% (chiffres de l'INSEE) d'immigrés ne peuvent pas submerger presque 90% de Gaulois. Mais bon, supposons, en tordant le cou à l'artithmétique, que cette submersion soit possible et que la fameuse "remigration" s'impose, une question vient immédiatement à l'esprit : pourquoi Le Pen et Zemour ne demandent-ils jamais la remigration en Europe des 5 millions de Sud-Africains blancs ? 

   Bizarre, non ?...

   Sinon, dans le pays qui a subi pendant plus d'un siècle les horreurs de l'apartheid, on trouve ceci à lire attentivement et à méditer...

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/afrique-du-sud-chris-pappas-l…

Afrique du Sud: Chris Pappas, l'ambition politique d'un Zoulou blanc

Il a des allures de Tintin en pays zoulou: Chris Pappas, 32 ans, est un maire blanc atypique dans une des régions les plus identitaires d'Afrique du Sud. Mains dans le cambouis, quête d'efficacité, il veut renverser ce qu'il qualifie de décennies de mauvaise gestion de l'ANC.

L'une de ses premières décisions, à son arrivée en 2021 à la tête de la municipalité d'uMngeni, au coeur de la province du KwaZulu Natal (est), a été d'embaucher un intendant. "Avant, quand il fallait changer une ampoule, la mairie passait un contrat. On économise tous les ans" l'équivalent de milliers d'euros. 

La culture précédente, à savoir selon lui 27 ans de clientélisme par le Congrès national africain (ANC) au pouvoir, "ne connaissait pas le concept de maintenance. Il fallait construire, toujours construire, exhiber du neuf et couper du ruban", ironise sans acrimonie le maire fluet, houpette blonde et regard bleu surligné de larges lunettes.

Dans son blazer marine et pantalon en toile, après une matinée de débats au conseil municipal, où son opposition l'a cuisiné sur des dépassements budgétaires, il rend visite à un garagiste de Mpophomeni, le township pauvre de sa circonscription de 120.000 habitants qui compte aussi deux villes de classe moyenne.

La municipalité a choisi de donner un coup de pouce à Sozabile Gumbi, 55 ans, pour investir dans de nouveaux équipements. "J'applique une politique massive de petits changements", explique le maire, après avoir conversé dans un zoulou fluide avec chacun des employés de la PME. 

Il écoute, opine du menton, serre la main de chacun, blague. Visiblement à l'aise, il joue volontiers les traducteurs.

- A l'assaut de la province -

Un peu plus loin, il montre à l'AFP avoir installé de l'éclairage public, pour améliorer la sécurité. Et de petits panneaux solaires dans le township, pour que les gens puissent allumer une ampoule et charger leur téléphone lors des coupures de courant qui affligent le pays depuis des mois.

Il est tiraillé par des demandes aux antipodes. Ses concitoyens aisés "veulent réparer les routes", les pauvres "cherchent à consolider la maison en terre de la grand-mère qui s'écroule", souligne-t-il.

Chris Pappas, qui se présentera dans quelques mois au nom de l'Alliance démocratique (DA), premier parti d'opposition du pays, pour diriger toute la province, veut croire que sa couleur de peau n'est pas un obstacle. Mais ses "opposants s'en servent dans leur propagande".

l affrontera l'ANC et le parti Inkhata (IFP), les deux forces qui dominent la province, ainsi que le mouvement sécessionniste de l'ex-président Jacob Zuma (MK), tous exaspérés par les succès mais aussi le côté "sauveur" ou premier de la classe du maire blanc. 

Ils font croire "que nous voulons restaurer l'apartheid", résume Chris Pappas. Le racisme "reste un problème tangible dans le pays mais les études montrent que ce n'est pas un critère déterminant au moment du vote", affirme-t-il. 

Son bilinguisme le distingue des autres Sud-Africains blancs, qui se contentent le plus souvent de parler anglais ou afrikaans, la langue héritée des colons néerlandais.

- "On a le même sang" -

Dans la rue, il est hélé par deux jeunes hommes noirs qui réclament un selfie. Franche rigolade. En partant, ils lancent au jeune maire, en zoulou, "on va dégager les vieux avec notre vote!".

"Ce n'est pas seulement qu'il parle zoulou. Il comprend la culture", souligne son adjoint Sandile Mnikathi, 28 ans. "Il peut communiquer avec tout le monde, c'est drôlement important dans un pays qui compte une telle diversité". 

Il a appris cette langue rythmée par des clics, l'une des onze parlées dans le pays et largement comprise parmi la population majoritaire noire, dès l'enfance dans la ferme familiale.

"Il parle zoulou comme un noir", confirme Thembi Mchunu, 60 ans, retraitée du township, qui ne cache pas son admiration pour "Chris". "Je m'en fous" qu'il soit blanc, "on a le même sang", renchérit Siyabonga Zundi, chômeur de 38 ans. 

M. Pappas dit fuir la politique politicienne et mise sur cette image. "Je ne suis pas un homme de discours et de meetings", confie l'ex-étudiant en urbanisme à l'AFP. "J'aime gérer, trouver des solutions".

ger/ybl

Commentaires

Les Français de souche risquent en effet d'etre submergés.

BABACAR CISSE

09/02/2024 - 16:26

QQ CHIFFRES : vers 1980 ,sur 800.000 naissances, on comptait environ 100.000 nouveau-nés issus de l’immigration. Cette proportion n’a pas cessé de s’accroître. En 2001, 620.000 bébés avaient deux parents français ; vingt ans après, ils n’étaient plus que 509.000 ; En 2001, 182.000 nouveau-nés avaient au moins un parent étranger ; vingt ans plus tard, ils étaient 233.00. Il ya donc un accroissement vertigineux d’enfants dont les parents sont immigrés.
En plus de la natalité ,il y a aussi et surtout le regroupement familial :dans l’hypothèse basse que ces nouveaux venus feraient venir un seul parent,() le nombre d’immigrés de première génération augmenterait de 7,8 millions de personnes ; s’y ajouteraient, compte tenu de leur profil d’âge et d’un sommaire calcul quelque 4 millions d’immigrés de première génération qui vivent déjà en France (ils sont environ 7 millions actuellement) ; Dans la population vivant en France en 2050 (autour de 64 millions d’habitants) le nombre total d’immigrés de première génération seulement - près de 12 millions - représenterait donc alors autour de 20 %.
Le patron du Médef a annoncé que l’économie avait besoin de 3,9 millions de salariés étrangers supplémentaires : dans l’hypothèse basse que ces nouveaux venus feraient venir, en moyenne, un seul parent, un conjoint ou un enfant pour le regroupement familial ,or c’est rarement le cas (60 % d’entre eux seraient déjà mariés et 22 % auraient déjà un enfant dans leur pays d’origine ) , le nombre d’immigrés de première génération augmenterait de 7,8 millions de personnes .Or le regroupement peut concerner plusieurs personnes. S’y ajouteraient, compte tenu de leur profil d’âge environ 4 millions d’immigrés de première génération qui vivent déjà en France (ils sont environ 7 millions actuellement) ; dans un pays qui, d’après l’Insee, comptera autour de 64 millions d’habitants en 2050, le nombre total d’immigrés de première génération - près de 12 millions - représenterait alors autour de 20 %. ET SS COMPTER LEURS NBREUX ENFANTS ET PETITS ENFANTS .Ces immigrés et descendants ne dépasseront peut-être pas les Français de souche ,mais ils seront dorénavant une très forte minorité (35 %,40 % ? ).Si on ajoute à la natalité des pratiques comportementales et culturelles très différentes ,on va rire d’autant que certains proclament clairement que les lois françaises passent après leurs principes culturels.
La natalité « native » se contracte fortement, tandis que la natalité issue de l’immigration extra-européenne augmente de manière très significative. Un tel constat se retrouve dans la répartition globale des naissances : près d’un tiers (29%) des enfants nés en France en 2022 ont au moins un parent né hors de l’Union européenne. Les effets cumulés de l’immigration et des différentiels de fécondité ont déjà fortement modifié la structure de la natalité en France et continueront de la faire. Même Mélenchon le reconnait : il considère qu'en « 2050, 50 % de la population française sera métissée ». « Nous sommes ce peuple qui se créolise en ce moment même. »
Constater et dire ça ce n’est pas être « raciste » auquel cas donc Mélenchon le serait : c’est constater une évolution statistique et donc scientifique inéluctable. On peut être « pour » ou « contre » cette évolution chacun peut se positionner et personnellement ,je ne suis ni pour ou contre ,mais nul ne peut pour des raisons idéologiques en nier l’évidence .

Chiffres tirés d’articles en ligne du Monde et du Figaro.

Babar 6-sé...

Frédéric C.

09/02/2024 - 16:57

... malgré votre précaution purement formelle de la fin, on "sent" que vous promouvez des thèmes d'extrême-droite. Je ne ne vois pas en quoi le métissage généralisé vous gêne. La Mque elle-même est née d'un métissage conflictuel mais généralisé. C'est le cas de tout le continent dit "américain", Caraïbe comprise. Les expressions musicales parmi les plus connues sont le jazz, le blues, les musiques brésiliennes, la "salsa"... En littérature , A.Carpentier, N.Guillen et G.G.Marquez ne sont pas des espagnols, d'ailleurs leurs façons de parler espagnol n'est pas celle de Castille. Idem pour Faulkner par rapport à l'anglais. La créolisation et la créolité ne sont pas que des mots. Il y aura d'autres productions artistiques issues des syncrétismes et de la créolisation à l'échelle planétaire. Le métissage biologique et culturel est le destin futur de tous les pays du monde. Vous même vous êtes un métis biologique et culturel... Il y a un non-dit dans votre propos. L'immigration qui vous gêne pour la France est l'immigration de "non-Européens". C'est précisément celle-là que le FN/RN et "Reconquête" (le parti de Z, Marion Maréchal-nous-voilà-Le-Pen et Cie) veulent supprimer, pour arrêter le soi-disant "grand remplacement" (thèse du GR que l'article réfute). Tout en mutant (ce qu'elle n'a jamais cessé de faire !), la France restera la France... Babar, vous devriez écrire des articles pour Valeurs Actuelles... mais sous votre véritable identité : il faut assumer ! Avec vous, la relève de Jules-Marcel Monnerot (qui termina membre du "Conseil Scientifique" du FN sous JMLP) est assurée... Pff!

Connexion utilisateur

Commentaires récents