« C’est sans précédent » : un essai clinique a fait disparaître le cancer, mais...

Un article scientifique révèle qu’un essai clinique sur des malades du cancer aux États-Unis a donné des résultats extraordinaires : 100 % de guérison. Mais il ne faut pas en tirer de conclusion hâtive.

« Je crois que c'est la première fois que cela se produit dans l'histoire du cancer. » Le docteur Luis A. Diaz Jr. du Memorial Sloan Kettering Cancer Center, n’en revient toujours pas. Avec d’autres médecins, il a publié un article dimanche dans le New England Journal of Medicine à propos d’un essai clinique mené sur 18 patients atteints d’un cancer colorectal.

Pendant six mois, ces 18 patients ont reçu une dose de dostarlimab toutes les trois semaines. Ce médicament, à 11 000 dollars la dose, « démasque les cellules cancéreuses, permettant au système immunitaire de les identifier et de les détruire », explique le New York Times.

Le cancer a disparu

Les résultats décrits sont stupéfiants : ces 18 malades semblent avoir été totalement guéris. Plus aucune trace du cancer n’est détectable aux examens, y compris IRM. « C’est sans précédent », abonde le Dr Alan P. Venook, spécialiste du cancer colorectal à l'Université de Californie à San Francisco, au New York Times. Cerise sur le gâteau : aucun effet secondaire important n’a été observé.

Bien que l’on ignore à ce stade si les patients sont définitivement guéris (le cancer peut revenir), tous les spécialistes interrogés appellent à reproduire cet essai.

Un médicament qui existe en France

Le dostarlimab est connu en France sous le nom de Jemperli. Il est indiqué pour le traitement des patientes adultes atteintes d’un cancer de l’endomètre, récidivant ou avancé. En octobre 2021, la Haute autorité de santé a émis un avis défavorable à son remboursement par la Sécurité sociale.

Les autorités sanitaires mettaient alors en avant « l’absence de données comparatives robustes », « le caractère très préliminaire des données d’efficacité disponibles », ou encore « une prise de risque plus importante que pour les médicaments dont l’efficacité est fondée ».

« C’est un espoir et cela démontre qu’il faut continuer la recherche, mais ce médicament n’est pas une nouveauté. Déjà, en Belgique, nous en utilisons deux similaires, avec des résultats équivalents », a souligné le professeur Eric Van Cutsem, de l’UZ Leuven, interrogé par Le Soir.

Bien que l’on ignore à ce stade si les patients sont définitivement guéris (le cancer peut-il revenir?), tous les spécialistes interrogés appellent à reproduire cet essai. - Photo illustration AFP

Connexion utilisateur

Commentaires récents

  • Et les presque 40.000 Gazaouis massacrés, ne sont-ils pas "en décomposition" ?

    Crimes de guerre sans limites...

    abdou thiam

    15/07/2024 - 19:51

    Ecoles éventrées ,marchés bombardés ,hopitaux et leurs patients pulvérisés,immeubles atomisés ,or Lire la suite

  • Le PPM et le GRAN SANBLE sont-ils encore légitimes à la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique) ?

    Boxe et politique ?

    MARTIN T@M@R

    13/07/2024 - 10:04

    Autant savoir de quoi on parle : un knock down, c'est le boxeur à terre, ne serait-ce qu'un genou Lire la suite

  • « “Dégage au bled”, “pourriture d’Arabe” : depuis le 9 juin, les racistes n’ont même plus peur de la honte »

    A bas le racisme anti-blancs!!!!!

    abdou thiam

    10/07/2024 - 14:15

    La lutte contre ce racisme doit etre indissociable du pernicieux racisme anti-blancs qui se propa Lire la suite

  • 10 jeunes Renois premiers au concours d'entrée à Polytechnique

    MECHANTE BLAGUE

    Albè

    08/07/2024 - 08:09

    Cet article est une méchante blague, je suppose...

    Lire la suite
  • Martinique : Papa De Gaulle, Papa Mitterrand et Papa Mélenchon

    Réponse à tyler durden

    abdou thiam

    06/07/2024 - 08:25

    L'un des problèmes soutenus dans l'article et que je partage ce n'est pas que les Antillais parti Lire la suite