Guadeloupe : une politique à la hauteur des exigences de l’art et des talents du pays ?

Richard-Viktor Sainsily Cayol

   Au vu du nombre d’événements artistiques organisés au cours de
l’année 2022 sur notre territoire, nous pourrions croire que la Guadeloupe
est un pays souverain, structuré avec une politique culturelle cohérente,
une stratégie et une méthode clairement définie. Il n’en est rien.

 

   Au lendemain de la sortie de la crise sanitaire, les manifestations
artistiques se sont multipliées à grande vitesse dans le monde mais aussi
en Guadeloupe, faisant de notre territoire une des îles les plus prolifiques
de la Caraïbe en matière d’expression et de révélation de talents
artistiques. Ce sont pour la plupart des événements d’initiatives
privées, parfois innovantes, accompagnées de résultats heureux et bien
accueillis. Notamment en ce qui concerne les actions audacieuses, risquées,
subversives, rebelles. Avec ces initiatives, il y a eu aussi en cette année
2022 - comme partout ailleurs – une émergence protéiforme de «
bienfaiteurs de l’art » qui ont vu dans ce foisonnement, une aubaine, des
ressources nouvelles à exploiter, une manne à capter. Une production
artistique confisquée par un milieu où la connaissance véritable des arts
n’a pas élu domicile. Certains d’entre eux ont laissé des victimes sur
leur route. Ces imposteurs possèdent encore dans leurs placards quelques
cadavres dont les odeurs putrides ne tarderont pas à se diffuser.

    Le Covid et depuis peu l’Ukraine, ont perturbé l’acheminement des
principaux produits de consommation courante. L'inflation qui s’en est
suivie a aussi impacté le pouvoir d’achat des rares amateurs d’art qui
pouvaient acquérir des œuvres. Du coup, les artistes ont payé le prix fort
de ces aléas. Dès 2021 en ce qui concerne le COVID et toute l’année 2022
pour l’Ukraine.

 

   On ne vit pas que de pain.

   Les « Artistes Résistants » du squat du Centre des Arts ont crié à
l’envi que la crise sanitaire a opéré un effet loupe sur les
défaillances du pays en matière de politique et de gouvernance. Cette
carence explique selon eux la situation catastrophique du pays et
singulièrement celle de la culture et des artistes. Le Centre des Arts et de
la Culture en fermeture prolongée pour travaux a été pris d’assaut par
un collectif d’acteurs culturels. Ce fut à coup sûr, l’occasion de
relancer le débat sur l’action culturelle des institutions, avec
l’exigence de la prise en compte des attentes du public, et la nécessaire
stratégie de développement culturelle à mettre en œuvre au profit du
pays.

   Au vrai, l’absence de politiques culturelles coordonnées et pensées à
laquelle nous assistons depuis plusieurs décennies, s’est traduite par une
insuffisance de structures et d’infrastructures susceptibles de répondre
à la nécessaire transmission de la connaissance, de la production
d’œuvres, de la diffusion, et de la conservation des produits de
l’expression artistique aux normes contemporaines. La plupart des timides
tentatives n’ont pas véritablement tenu compte du réel. Il n’y a eu
aucun inventaire des données disponibles. Ce qui aurait permis un diagnostic
formulé dans le cadre d’une incontournable concertation (la plus
exhaustive possible). Cette démarche aurait permis in fine, d’appréhender
les véritables enjeux, pour ensuite fixer de façon collégiale les
objectifs et un calendrier pour les atteindre par le biais d’actes majeurs
féconds, fondateurs et durables.

   Or donc, le véritable préalable à une action culturelle et artistique
coordonnée est la mise en cohérence des politiques des différentes
collectivités du pays. Une volonté parfois exprimée, mais « anba fèy »
et qui ne se concrétise pas. Chacun œuvre pour sa chapelle et ne souhaite
rien lâcher à l’autre. Car la culture représente un enjeu majeur dans le
renforcement ou le confortement de l’image des institutions. Un outil du «
marketing politique » utile voire utilitaire qui agrège toutes les
catégories et générations et qui prépare les batailles électorales.

 Une action concertée.

  Il n’est pas normal que dans une aussi petite île avec un territoire non
extensible, une population constamment diminuée, et une mobilité dont le
système modal est toujours en devenir, qu’il y ait autant de politiques
culturelles que d’institutions. La Région, le Département, les EPCI et
EPCC, les villes, ont toutes une direction culturelle qui produit des
événements majeurs dont souvent la nature et le calendrier se télescopent.
La population en perd son latin. Souvent, elle apprend plusieurs semaines
après l’événement, qu’il s’est passé dans le pays, quelque chose
d’important. Qu’elle a raté.

   Il est normal et souhaitable que différents lieux du pays soient animés par
des activités pluridisciplinaires. Il serait toutefois plus pertinent que
les événements majeurs soient programmés dans un calendrier, fruit d’une
concertation. Nous sommes nombreux à avoir eu à déplorer qu’au mois de
mai de l’année 2022, des événements mémoriels d’importance symbolique
pour notre pays, n’aient pas reçu la couverture médiatique et l’écho
prévus à cause de programmations parallèles toutes aussi importantes.
Lesquelles ont mobilisé les principales personnalités de l’île. Une
coordination ou la volonté d’une mise en cohérence des actions, aurait
été salutaire. Ne serait-ce que dans l’intérêt du public.

   L’art engage.

   2022 a été une année riche en événements internationaux qui ont
valorisé notre pays. Grâce au travail d’artistes guadeloupéens présents
ici ou ailleurs et dont j’en suis. À ceux qui seraient tentés de réduire
mon propos à des vociférations d’agitateur frustré, aigri, ou
narcissique, il n’est pas inutile de rappeler simplement d’où je parle.

   J’ai l’honneur d’avoir été sélectionné pour participer à
l’exposition du festival Art Souterrain (Canada) en avril 2022, après
avoir exposé à La Biennale de la Havane (Cuba) en 2019. Lauréat de la
bourse « Fresh Milk », mon œuvre fut présentée à l’exposition
virtuelle en ligne Catapult (Jamaïque) en 2020, durant la pandémie. Un
honneur dû au contenu d’un parcours qui a permis une visibilité de mon
travail hors de nos frontières. La Biennale de Dakar (Sénégal) en 2014, et
deux prix internationaux d’art contemporain à mon actif : en 2010, à la
Triennale des Caraïbes et Amériques (République dominicaine) et en 2017,
à la Biennale de Florence (Italie).

2022, c’est aussi et surtout, la poursuite d’un engagement pour l’art
et la culture. Une implication critique, avec le recul suffisant, nourri par
la recherche de solutions plutôt que l'exacerbation de conflits.  Ce fut le
cas depuis 2021 pour le Mémorial ACTe secoué par de nombreuses affaires qui
ont impliqué des responsables politiques, mais aussi des lobbys connus et
puissants de l’île. Ces derniers ont influencé les politiques afin de
contrôler un outil qu’ils savent stratégique, du point de vue symbolique
et idéologique. Il fallait être animé du désintérêt matériel total et
d’une certaine dose de courage pour oser s’exposer à la toute-puissance
du réseau d’influence et aux manœuvres de certains qui sont aussi mes
amis.

   Ce fut aussi le cas dans l’affaire du squat du Centre des Arts où il
fallait agir avec diplomatie étant à la fois des deux côtés. Je ne
pouvais être insensible en tant qu’acteur engagé partageant une part du
constat établi par les artistes résistants, dont la plupart sont de proches
confrères, des collègues et parfois des amis. Je ne pouvais pas non plus
faire fi du devoir de réserve qui s’imposait à moi, en tant qu’agent
dans la collectivité responsable du chantier indûment occupé. D’autant
que, certaines critiques formulées (éléments de langage récurrents)
étaient volontairement démesurées pour la propagande de ces occupants,
engagés dans la continuité d’une action politique qui a donné quelques
fruits et de l’espoir aux dernières régionales.

   C’est au quatrième trimestre 2022 que vint l’idée de la mise en place
d’une équipe projet, pour la promotion de la poursuite des travaux, dans
la perspective d’un accompagnement financier des partenaires
institutionnels majeurs du pays. Pour répondre à la volonté d’un petit
groupe d’acteurs qui ont souhaité s’impliquer en faveur de la remise sur
pied de ce bastion culturel, il m’a été confié la mise en place d’une
vaste campagne d’image sous la forme d’un même cri du cœur de tous les
concernés, toutes disciplines et toutes générations confondues. Campagne
d’image qui s’adressait solennellement à l’ensemble des responsables
du pays mais aussi à la population, autre usager du lieu : Annou doubout o
Ka pou Santdézaw !

   Cette opération a clôturé l’année sur une tonalité de volonté de
construction et de cohésion la plus large. Y répondre positivement serait
sage et salutaire afin d’amorcer de nouvelles perspectives de
développement et de croissance au profit de notre pays en matière de
culture.

   Des talents reconnus à l’international.

   J’aimerais terminer mon propos par un coup de cœur à des artistes peu ou
pas connus du grand public guadeloupéen. Ni des acteurs éminents qui se
veulent les plus éclairés du pays. Ces artistes mis à l’honneur en 2022
sont pourtant les guadeloupéens les plus reconnus et qualifiés au niveau
international.

   Je pense à Kenny DUNKAN, qui a exposé à Bruxelles, Art Brussel (Belgique)
en 2022. Ce jeune artiste de 34 ans, diplômé des Arts Déco en 2014,
obtient le Prix ADAGP en 2015, devient pensionnaire de la Villa Médicis à
Rome en 2016, expose à Lafayette Anticipations (Paris) en 2018, puis à la
Galerie Les filles du calvaire toujours à Paris et intègre la collection du
CNAP en 2021. La même année, il devient lauréat du premier Mentorat
Reiffers Art Initiatives.

   Je pense aussi à Minia BIABIANY, 34 ans, qui vit entre Saint-Claude
(Guadeloupe) et Mexico City (Mexique). Son exposition personnelle s’est
tenue au Palais de Tokyo en octobre 2022 jusqu’au 8 janvier 2023 et du 8
octobre au 31 décembre 2022 au Grand Café de Saint-Nazaire. Elle participe
à Na Libanda, exposition à Kinshasa, partenaire de Congo Biennale 2022.
Elle a exposé à la 10e Biennale de Berlin (Allemagne) en 2018. A La
Verrière, Bruxelles (Belgiquee) et au Magasin des horizons, (Grenoble) en
2020, au Kunstverein, (Fribourg) en 2021.

   Il y a aussi Kelly SINNAPAH MARY, né en Guadeloupe en 1981, sélectionnée
pour exposer à Art Souterrain (Canada), ainsi que Na Libanda à Kinshasa
Biennale du Congo en 2022. Elle a été lauréate de la bourse « Fresh Milk » pour l’exposition virtuelle Catapult (Jamaïque) en 2020, expose ensuite à la prestigieuse
Biennale de Sao Paulo (Brésil) en 2021.

   On peut aussi citer Marielle PLAISIR, née au Havre (France) en 1975. Elle
vit et travaille à Miami (Etats-Unis). Elle a remporté en juin 2021, le
Southern Prize & State Fellowship, (USA), prix américain très convoité
récompensant les meilleurs artistes contemporains et leur ouvrant de
nouvelles portes.

   Un autre artiste Guadeloupéen expatrié depuis plus de dix ans à Montréal
au Québec (Canada), Eddy FIRMIN dit Ano, né en 1971 à Pointe-à-Pitre en
Guadeloupe. Docteur en études et pratiques des arts de l'Université du
Québec, son travail se veut une interrogation des « logiques
transculturelles de son identité » et les tensions qui en résultent. Du
point de vue théorique, Depuis le mois d’août 2019 son œuvre a intégré
la collection du Musée National des Beaux-Arts du Québec. On peut
découvrir son travail à l’exposition permanente des Arts du Tout-Monde,
au Musée des beaux-arts de Montréal). Le guadeloupéen fait aujourd’hui
partie des artistes de la galerie Art Mûr de Montréal.

   Il faut compter aussi avec Jérémie PAUL, né en Guadeloupe en 1983, artiste
pluridisciplinaire oscillant entre la pratique de la peinture et de
l'installation. Après le Palais de Tokyo (Paris) en 2016, il poursuit son
œuvre dans une démarche ouverte sur un univers de créations générant du
mythe et de la poétique. Il expose à la Maëlle Galerie depuis le 11
septembre 2022.

   Et puis Ronald CYRILLE (AKA B.Bird), une fulgurance qui ne cesse de grimper
vers les sommets, né en 1984 à la Dominique, vit et travaille en
Guadeloupe. Sa production prolifique ne laisse indifférent aucun
spécialiste de l’art contemporain. Son univers et les récits qui
construisent ses créations dégagent des forces extraites de l’espace
caribéen et le vécu qui est le sien. En résidence au Mémorial ACTe depuis
plusieurs mois, il a débuté une exposition en novembre 2022 que l’on peut
encore visiter.

   Samuel GÉLAS, né en Guadeloupe en 1986, autre émergence, jeune artiste
très actif qui a entrepris l’ambitieux challenge de regrouper sur une
plateforme en ligne des entretiens avec l’ensemble des acteurs du monde des
arts visuels. Un documentaire d’une épaisseur qui ne manquera pas de
servir le pays pour la construction d’un projet culturel conséquent. Il
fait partie des artistes qui exposent à la Maëlle galerie depuis le 11
septembre 2022.

   Et puis, comment ne pas mentionner Bruno PÉDURAND (IWA) né en Guadeloupe en
1967 (date symbolique), l’un des plus brillants de notre génération, par
la constante qualité de sa production, son parcours et la profondeur des
propos qui fondent son approche. Son questionnement sur nos réalités
complexes est sans concession. Sans pour cela sombrer dans « la posture de
la “victime expiatoire ». L’artiste a participé à de nombreux
événements et projet d’envergure dont le plus récent est Na Libanda,
exposition à Kinshasa, partenaire de Congo Biennale 2022, aux cotés de
Minia BIABIANY, et Kelly SINNAPAH MARY notamment.

   Comme pour les sportifs talentueux, c’est en tant que Français que sont
mentionnés ces artistes dans les articles de la presse nationale qui
décrivent leurs contributions au monde de l’art dès lors qu’ils
brillent. Au moindre faux-pas, ils sont renvoyés à leurs origines ou
carrément jetés aux oubliettes comme le fut le saintanais Guillaume
GUILLON-LETHIÈRE qui a eu l’insolence d’exprimer dans son œuvre, son
soutien à Haïti, première république noire indépendante.

   Il ne manque donc à notre pays que le courage politique les actes et les
outils nécessaires pour que notre identité participe de plein droit à
l’expression artistique universelle.

   Richard-Viktor SAINSILY CAYOL

   Artiste visual multimedia
   © 09 Janvier 2023

Connexion utilisateur

Commentaires récents

  • Martinique : 311 ans (1635-1950) de salaires impayés

    Que faire aujourd'hui ?

    OuiNon

    03/02/2023 - 21:48

    Pour faire vite :
    Lire la suite

  • Le journalisme de révérence au service de Macron

    La continuité dans le changement?

    Frédéric C.

    03/02/2023 - 16:08

    Ce « journalisme de révérence », il semble que ce soit une spécialité française, que dis-je ! Lire la suite

  • Drapeau rouge-vert-noir : ce qui est le plus "komik" dans tout ça

    Miss Martinique ?

    OuiNon

    03/02/2023 - 14:15

    Ah, bon ! J'ai d'abord cru que le sujet de l'article était le Comité Miss Martinique. Lire la suite

  • Martinique : 311 ans (1635-1950) de salaires impayés

    Réparations possibles

    Rose

    03/02/2023 - 13:43

    Pas la peine de s'engager dans des débats interminables compliqués. Lire la suite

  • Drapeau rouge-vert-noir : ce qui est le plus "komik" dans tout ça

    DE L'ART DE BROUILLER LES PISTES

    Albè

    03/02/2023 - 11:47

    OuiNon (étrange pseudo !) est un grand spécialiste du brouillage des pistes. Lire la suite

Visiteurs

  • Visites : 2397247
  • Visiteurs : 93818
  • Utilisateurs inscrits : 227
  • Articles publiés : 2002
  • Votre IP : 44.213.63.130
  • Depuis : 01/05/2021 - 18:57