Patriyot #120 Février 2023

LA MARTINIQUE AUX MARTINIQUAIS proclamait l’OJAM dès 1962.

Media / Document
Document

Commentaires

30 floréal an X

certes

21/02/2023 - 12:15

Page 10, on oppose deux causes de l'abolition : la générosité de la République et les luttes de résistance des esclaves. En fait, les abolitions (puisqu'en France, il y en a eu deux !) résultent de conjonctions de causes évoquées brièvement mais plus complètement page 3.

Les deux abolitions sont intervenues alors que la France était sous un régime républicain. C'est vrai. Mais s'il y a eu deux abolitions, c'est parce que l'esclavage a été rétabli entretemps. Et il a été rétabli par la loi du 30 floréal an X. "An X" de quoi ? An X de la République !
Si la République a bien aboli l'esclavage par deux fois, elle l'a aussi rétabli une fois.

Autan d'OJAM que d'Ojamistes

MONTHIEUX Yves-Léopold

21/02/2023 - 14:38

On ne voit que l'un des 2 films-confessions de Mme MAUDUECH. Jamais on ne passe le second film dont les confessions sont encore plus claires. J'en possède les 2, en cassette et sous clés USB. Pour qui sait regarder un film et entendre ce qui s'y dit, il s'est agi d'un règlement de compte à peine feutré entre les anciens de l'OJAM. Jamais les positions contradictoires n'ont été confontées, chacun débitant SA vérité. LA MARTINIQUE AUX MARTINIQUAIS C'EST QUOI ? Gesner MENCE et les communistes qui ont créé une cellule au sein de la prison (qui portait le nom d'un héros espagnol) disent que c'était pour l'autonomie et surtout pas pour l'indépendance. Ils se méfiaient de tous les autres détenus, et vice-versa. Les indépendantistes disent que c'était pour l'Indépendance. Un indépendantiste affirme qu'il était celui qui dirigeait une milice au Bord du canal Levassor, avec la carte de toutes les gendarmeries à attaquer. Dans le film il donne souvent dans le "mois je" du général en chef de la révolution. Cette milice aurait été composée d'anciens d'Algérie qu'il aurait, lui, réussi à retourner et entraînés pour la révolution atè bod kannal. Où sont passées les armes qu'on n'a pas retrouvées lors des perquisitions. Réponse au fils d'un Ojamistes détenu qui menait enquête : on les a jetées à l'embouchure du canal, vite fait. Aucun canot de pêcheur n'a jamais "bité" sur un fusil jeté dans le "mètre d'eau" de profondeur en cet endroit, malgré les raz-de-marée. Un autre affirme que les anciens d'Algérie n'avaient qu'une seule chose en tête : sitôt démobilisés, repartir travailler en France. Un autre affirme qu'il n'était ni indépendantiste ni autonomiste, mais seulement de l'AGEM. Un autre, peut-être le même, affirme que son seul tort aurait été qu'il fut fils de commissaire de police. Un autre encore affirme qu'il y avait autant d'OJAM que d'Ojamistes. Bref, c'était un panier de crabes que l'Etat français a créé de toute pièces par ses inconséquences. Bref, à leur retour en Martinique, chacun a pris son bord, l'un ne voulant pas voir l'autre, laissant les "idéologistes" en pantoufle se fabriquer leur roman. Jamais il n'y a eu ni analyse ni synthèse.

Connexion utilisateur

Commentaires récents