LA SITUATION DE LA MARTINIQUE S’AMELIORE-T-ELLE AU 1er TRIMESTRE 2023 ?

Karl Paolo

Très régulièrement, les autorités politiques locales scrutent les indicateurs économiques publiés par les organismes spécialisés afin de pouvoir, après coup, justifier les politiques mises en œuvre.

Evidemment, cet exercice s’apparent à l’auberge espagnol : on y trouve ce qu’on y a emmené !

Ainsi, dans sa livraison du lundi 13 mars 2023, la rédaction web de France-Antilles écrivait :

Le secteur de la construction enregistre une croissance de 3 % en 2023, dépassant désormais le niveau d'activité d'avant la crise. Le secteur de la manufacture dépasse de 19 % son niveau d'activité de 2022, tandis que les secteurs de l'hébergement et de la restauration, particulièrement touchés par les restrictions sanitaires, ont connu une progression de 32 % par rapport à 2022, confirmant la reprise déjà détectée depuis avril 2022.

Le secteur de l'agriculture, de la pêche et de la sylviculture représente 4 % de l'activité économique de la Martinique en janvier 2023, avec un niveau d'activité dépassant de 79 % celui de l'année précédente.

Globalement, le niveau d'activité du mois de janvier 2023 est le meilleur des cinq dernières années, et le nombre d'opérateurs économiques ayant déposé leur déclaration de chiffre d'affaires est en constante augmentation depuis les trois dernières années, ce qui permet de confirmer un rattrapage de l'activité, voire un dépassement des performances économiques quantitatives comparativement aux années précédentes, y compris celle antérieure à la crise.

Cette tendance encourageante reflète le dynamisme économique de la Martinique et laisse entrevoir un avenir prometteur pour l'île caribéenne".

 

Qu'après la pandémie, il y ait eu un effet de rebond ne signifie pas que tout est rentré dans l’ordre. Et quand cela serait, de quel ordre s’agit-il ? Celui précédant la pandémie ? Faut-il alors comprendre qu’en janvier ou février 2019, tout allait pour le mieux ?

Certes, L’IEDOM, dans sa note de conjoncture parue en juillet dernier pour le 1er trimestre 2023, affirme que « l’économie martiniquaise se stabilise sur un plateau favorable » et produit un indicateur du climat des affaires bien orienté, certifie que la hausse des prix s’est stabilisée, que le nombre de demandeurs d’emploi en fin de mois est en baisse constante de 2020, que la consommation des ménages reste soutenue » …etc.

 

Pourtant, les professionnels du BTP, pour prendre un exemple, disent exactement le contraire. Mentent-ils ?

 

Le calcul de l’indice des prix est basée sur une structure de consommation « moyenne » qui a l’avantage de la simplicité. La moyenne est la valeur unique que devraient avoir tous les individus d'une population (ou d'un échantillon) pour que leur total soit inchangé. C'est un critère de position. Afficher des valeurs moyennes sans donner simultanément la mesure de leur dispersion est une escroquerie intellectuelle puisque la dispersion statistique, mesure la tendance qu'ont les valeurs observées à s'étaler, à se disperser, de part et d'autre d'une valeur moyenne par exemple.

 

On pourrait aussi faire remarquer que l’accroissement du chiffre d'affaires des entreprises est en grande partie lié aux transferts financiers venant de la France et de l’UE et qui financent les subventions européennes aux planteurs, les salaires des agents publics (et pas que les seuls 40% des fonctionnaires !!!), le RSA, les dépenses d'assurances maladies, des dépenses de la CTM, du financement de l'université...etc.

L'augmentation du chiffre d'affaires est un indicateur mais sauf à confondre chiffre d'affaires et bénéfices, il ne dit absolument rien de la rentabilité des activités concernées.

Mais prenons un autre exemple :

Selon les données publiées par la direction de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (DEETS), au premier trimestre 2023, la population en âge de travailler (entre 15 et 64 ans) était évaluée à environ 226 000 personnes.

La population active ayant un emploi, concerne environ 126 000 personnes.

L’écart entre ces deux chiffres, soit 100 000 personnes se décomposent de la manière suivante :

  • • Il y a d’abord tous ceux qui ne travaillent pas, inscrits à Pôle-Emploi. Ils sont 32 000 ! C’est le chiffre le plus souvent cité par les politiques, les journalistes, les autorités publiques, bref, les grands grecs. Mais ce chiffre ne représente qu’une fraction de la réalité !
  • • Il y a ensuite tous ceux qui n’ont qu’un temps partiel, en général imposé, comme ces auxiliaires de vie à domicile, exploitées et payées pour 50 à 75 heures par mois et qui dispose d’une moitié de SMIC. Ils sont un peu plus de 11 000 !
  • • Il faut y ajouter ceux qui disposent d’un contrat aidé, ceux qui sont en formation, en stage ou en arrêt maladie, presque 5 000 personnes de plus!
  • • Il y a enfin les élèves, les étudiants et les stagiaires, autour de 24 000, les retraités et préretraités de moins de 65 ans, environ 10 000 personnes,
  • • Le solde, appelé pudiquement inactifs, est constitué de 18 000 personnes, quasiment invisibles et dont personne ne parle ou ne veut parler !!! Ce ne sont pourtant pas des rentiers percevant des dividendes mais des compatriotes sans emploi, qui, ayant perdu tout espoir de trouver ou retrouver un vrai travail, c’est-à-dire, une activité à temps plein qui leur procure des revenus dont ils peuvent vivre, ne s’inscrivent plus à Pôle-Emploi !

Autrement dit, au bas mot, le nombre de martiniquais sans activité et donc sans ressources, ou avec une activité partielle et par conséquent partiellement rémunérée, qu’ils soient ou non connus de Pôle-Emploi, est de 60 000 personnes, soit quasiment la moitié de la population active ayant un emploi !

On est donc très loin du chiffre de 32 000 dont on se félicite !

 

Alors ?

 

Karl PAOLO

Connexion utilisateur

Dans la même rubrique

Commentaires récents

  • Ils n'ont pas honte d'avoir favorisé l'élection d'une assimilationniste !

    Ah bon ?

    Tyler_Durden

    18/07/2024 - 21:39

    Serait ce un article provenant d un troll azéri 😆?? Lire la suite

  • Tony Delsham, le maître de la littérature populaire antillaise

    La réédition !

    Veyative

    18/07/2024 - 19:11

    C'est exactement ce qui m'est aussi venu à l'esprit à l'annonce de son décès. Lire la suite

  • Et les presque 40.000 Gazaouis massacrés, ne sont-ils pas "en décomposition" ?

    Crimes de guerre sans limites...

    abdou thiam

    15/07/2024 - 19:51

    Ecoles éventrées ,marchés bombardés ,hopitaux et leurs patients pulvérisés,immeubles atomisés ,or Lire la suite

  • Le PPM et le GRAN SANBLE sont-ils encore légitimes à la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique) ?

    Boxe et politique ?

    MARTIN T@M@R

    13/07/2024 - 10:04

    Autant savoir de quoi on parle : un knock down, c'est le boxeur à terre, ne serait-ce qu'un genou Lire la suite

  • « “Dégage au bled”, “pourriture d’Arabe” : depuis le 9 juin, les racistes n’ont même plus peur de la honte »

    A bas le racisme anti-blancs!!!!!

    abdou thiam

    10/07/2024 - 14:15

    La lutte contre ce racisme doit etre indissociable du pernicieux racisme anti-blancs qui se propa Lire la suite