Langue corse interdite à l'Assemblée : traduction simultanée des débats mise en place

À l'occasion de la session de l'Assemblée de Corse qui débute ce jeudi 30 mars, une traduction simultanée des débats est expérimentée. Un dispositif mis en place à la suite de la décision du tribunal administratif de Bastia concernant l'usage non conforme de la langue corse dans l'hémicycle.

À la suite de la décision du tribunal administratif de Bastia concernant la non-conformité des débats tenus en langue corse dans l'hémicycle du Cours Grandval, une traduction en direct des échanges est proposée lors de la session qui s'ouvre ce jeudi 30 mars.

"Ce dispositif est expérimental, avec des moyens limités car déployés à titre exceptionnel, indique la Collectivité de Corse dans un communiqué. Il vise à proposer un premier test, afin de disposer d’un retour d’expérience dans la perspective de la mise en place d’un dispositif de traduction simultanée des débats plus pérenne."

Avant l'ouverture de la session, la présidente de l'Assemblée de Corse, Marie-Antoinette Maupertuis, a rendu visite aux traducteurs.

Avant l'ouverture de la session, la présidente de l'Assemblée de Corse, Marie-Antoinette Maupertuis, a rendu visite aux traducteurs. • © M. Fiamma/FTV

Ainsi, pendant deux jours, six interprètes vont traduire, en corse et en français, les échanges entre les conseillers territoriaux.

"Les traducteurs sont installés dans les cabines qui surplombent l’hémicycle et proposent en direct une traduction des prises de parole des élus, explique la CdC. Cette solution innovante offre la possibilité à chacun de suivre les débats dans la langue de son choix."

La traduction est également disponible sur le Live de l'Assemblée de Corse ainsi que sur les comptes Facebook de l'Assemblée et de la Collectivité de Corse.

Le rapporteur des Nations Unies invité

Cette démarche fait suite à la décision du 9 mars dernier rendue par le tribunal administratif de Bastia. 

Saisie par l'ancien préfet Pascal Lelarge, la juridiction a retoqué les articles du règlement intérieur de l'Assemblée de Corse qui disposait que "les langues des débats sont le corse et le français". 

Le TA considère que cette disposition enfreint l’article 2 de la Constitution, selon lequel "la langue de la République est le français".

"Cette décision porte une atteinte grave au droit fondamental des Corses de parler leur langue. En particulier dans le contexte actuel, écrit la Collectivité de Corse dans son communiqué. À ce titre, le rapporteur spécial des Nations Unies sur les questions relatives aux minorités, M. Fernand de Varennes, a qualifié cette décision de probablement contraire au droit international puisque discriminatoire." 

Invité par Gilles Simeoni et Marie-Antoinette Maupertuis, le rapporteur des Nations Unies devrait assister, en tant qu'observateur, à la séance de ce vendredi 31 mars.

Connexion utilisateur

Commentaires récents

  • Question à l'oral du Bac : "Pourquoi n'y a-t-il pas de...

    Pipeau ?

    oss07

    17/05/2024 - 20:28

    Ainsi, ce truc de "migrants" dont les grands médias nous farcissent la tête, serait du pipeau.
    Lire la suite

  • Question à l'oral du Bac : "Pourquoi n'y a-t-il pas de...

    Je ne dis pas bizarre.

    oss07

    17/05/2024 - 14:23

    "Pourquoi n'y a-t-il pas de Noirs et d'Arabes en Pologne ?", est-il demandé.
    Lire la suite

  • Finkie le gâteux à propos des étudiants de Sciences Po

    C'est dommage.

    oss07

    16/05/2024 - 08:37

    L'homme est un mammifère et, à ce titre, les groupes qu'il constitue revendiquent un territoire, Lire la suite

  • Finkie le gâteux à propos des étudiants de Sciences Po

    KANAKS

    Albè

    16/05/2024 - 06:58

    Le peuple kanak vit sur sa terre depuis au moins 5.000 ans. Il ne l'a jamais quittée. Lire la suite

  • Ces "nationalistes" qui demandent à la justice française d'annuler...

    "Parfait enculé"

    oss07

    15/05/2024 - 20:54

    "Parfait enculé" est une injure homophobe, sexiste, que la loi française proscrit.
    Lire la suite