Sénat : « les Outre-mer dans la Constitution : se préparer dès maintenant à une possible révision des articles 73 et 74 »

La situation en Kanaky Nouvelle-Calédonie impose de changer la Constitution : La Réunion concernée

Avec l’évolution de la situation en Kanaky Nouvelle-Calédonie, une révision de la Constitution est inévitable selon le Sénat. « Cette fenêtre coïncide avec un foisonnement ces derniers mois des expressions publiques en faveur de plus de libertés locales dans les outre-mer, voire d’une autonomie mieux consacrée. Ces prises de parole sont le fait des exécutifs ultramarins aussi bien que de responsables nationaux. L’Appel de Fort-de France du 17 mai dernier en est l’expression la plus forte », souligne Stéphane Artano, président de la Délégation des Outre-mer au Sénat. Une fusion des articles 73 qui concerne les départements, et 74 qui gère les territoires autonomes, est évoquée afin d’« offrir simplement « la possibilité d’une différenciation » ». Les Réunionnais seront-ils force de propositions ?

Voici le contenu d’un communiqué diffusé hier par le Sénat :

« La Délégation sénatoriale aux outre-mer débutera en octobre prochain un nouveau cycle d’auditions des responsables politiques de chaque territoire ultramarin, deux ans après la publication de son précédent rapport sur la différenciation territoriale.

L’objectif sera double :
- faire un tour d’horizon des souhaits d’évolutions institutionnelles,
- mûrir la réflexion sur une révision des dispositions constitutionnelles relatives à l’outre-mer, en particulier les articles 73 et 74.

Ce cycle doit permettre de traduire juridiquement les revendications exprimées par plusieurs présidents de région, de département ou de collectivité pour plus de responsabilités locales, voire d’autonomie pour les outre-mer qui le désirent.

Pour lancer ces travaux à venir, la Délégation sénatoriale aux outre-mer publie le rapport d’information n° 789 (2021-2022) de Stéphane Artano, intitulé « Les outre-mer dans la Constitution » qui rend compte de ses riches échanges avec l’Association des juristes en droit des outre-mer (AJDOM) lors d’une rencontre le 29 juin 2022. »

Voici des extraits de l’avant propos de ce rapport avec des intertitres de Témoignages :

« En Nouvelle-Calédonie, les interrogations sur les suites du processus ouvert par l’accord de Nouméa, après les trois référendums de 2018, 2020 et 2021, demeurent entières. Une seule quasi-certitude : une révision constitutionnelle sera nécessaire à une échéance relativement brève pour offrir à la Nouvelle-Calédonie un nouveau cadre institutionnel et politique.

Cette révision ouvrirait une fenêtre d’opportunité pour repenser plus globalement la place des outre-mer dans la Constitution. Cette fenêtre coïncide avec un foisonnement ces derniers mois des expressions publiques en faveur de plus de libertés locales dans les outre-mer, voire d’une autonomie mieux consacrée. Ces prises de parole sont le fait des exécutifs ultramarins aussi bien que de responsables nationaux.

« L’Appel de Fort-de France est l’expression la plus forte »

L’Appel de Fort-de France du 17 mai dernier en est l’expression la plus forte. Sept présidents d’exécutif ou d’assemblée ultramarins y appellent à « refonder la relation entre nos territoires et la République par la définition d’un nouveau cadre permettant la mise en oeuvre de politiques publiques conformes aux réalités de chacune de nos régions. »

Du côté du Gouvernement et du Président de la République, le message se veut ouvert face à ces aspirations.

C’est dans ce contexte que la réunion commune du 29 juin 2022 entre notre délégation et l’Association des juristes en droit des outre-mer (AJDOM) est apparue comme une occasion unique de débattre à nouveau de la place des outre-mer dans la Constitution. Je tiens à remercier vivement Ferdinand Mélin-Soucramanien, président de l’AJDOM, pour son initiative.

Nos échanges avec les membres de l’AJDOM sont réguliers. Ce fut en particulier le cas lors des travaux sur le remarquable rapport de notre ancien président, Michel Magras, sur la différenciation territoriale outre-mer, de septembre 2020.

Ce travail fondateur a posé sur la table la question du maintien ou non de la dichotomie entre les collectivités ultramarines régies par l’article 73 de la Constitution et celles régies par l’article 74.

« L’article 73 est vécu comme un bienfait égalitaire hérité de la départementalisation de 1946, alors que c’est totalement faux »

En effet, il apparaît que la révision constitutionnelle de 2003 s’est arrêtée au milieu de gué. Elle a certes amorcé la révolution culturelle vers des statuts à la carte - expression de plus en plus consacrée - mais sans chasser des esprits la distinction historique entre d’une part, les collectivités soumises au principe d’identité législative et, d’autre part, celles soumises au principe de spécialité législative.

Il en résulte encore des malentendus. Pour reprendre les mots de Patrick Lingibé, avocat au barreau de la Guyane et spécialiste en droit public, vice-président de la Conférence des Bâtonniers de France et président de la délégation outre-mer de cette même conférence : « dans l’inconscient collectif, l’article 73 est vécu comme un bienfait égalitaire hérité de la départementalisation de 1946, alors que c’est totalement faux. Quant à l’article 74, beaucoup de populations d’outre-mer l’assimilent à l’aventure de l’autonomie, ce qui est également faux, ne serait-ce que parce que l’autonomie juridique et institutionnelle au sens où nous l’entendons n’est pas l’indépendance. »

Offrir simplement « la possibilité d’une différenciation »

Face à ce nuancier outre-mer, la fusion des articles 73 et 74, ou à tout le moins une refonte de ces deux articles, est une hypothèse de plus en plus évoquée, avec deux variantes : l’une minimaliste qui renverrait largement à des lois organiques ad hoc pour chaque outre-mer - les statuts à la carte - et l’autre maximaliste qui détaillerait dans la Constitution la boîte à outils à disposition des outre-mer. Les défenseurs de cette dernière variante craignent en effet, à la lumière de l’expérience depuis 2003, que les flous de la Constitution servent de point d’appui à des interprétations par trop conservatrices et jacobines par le juge constitutionnel ou administratif.

Cette réécriture des articles 73 et 74 devrait aussi ne rien prescrire ou imposer à tel ou tel territoire ultramarin, mais offrir simplement « la possibilité d’une différenciation » pour reprendre l’expression de Michel Magras. Chaque territoire resterait libre de préférer le statu quo ou bien au contraire d’étendre ses responsabilités en recourant à la gamme d’outils permis par la Constitution.

Cette vision décrispée de l’évolution institutionnelle des outre-mer appelle un pacte de confiance renouvelé entre l’État et ces collectivités, qui aille au-delà d’une gestion purement administrative des transferts de compétences. »

Commentaires

Vox Populi vox Dei

MONTHIEUX Yves-Léopold

30/07/2022 - 16:29

"La voix du peuple c'est la voix de Dieu". Seule compte la voix du peuple et personne ne doit la craindre si celui-ci est exprimée librement, en toute connaissance de cause. Exprimée à 2 reprises en Martinique, cette liberté n'est pas admise par tous les élus. Les modifications institutionnelles ne devront pas avoir pour objet de la contourner ou servir de subterfuge pour obtenir la réponse souhaitée. On a connu un échantillon en janvier 2010. Il s'agit de convaincre le peuple et non, au terme de 60 ans de vains discours, le conduire à "faire une fin", selon une vieille formule martiniquaise. Dès lors, peu importera son choix, il ne sera pas à craindre.

Droite assimilationniste

Albè

30/07/2022 - 20:03

Eliminée ou quasi-éliminée du champ politique martiniquais depuis une vingtaine d'années, la Droite assimilationniste tente de faire oublier que c'est elle qui, de 1946 à 1996, est responsable du désastre actuel. En effet, longtemps, la gauche autonomiste n'eut que les villes de Fort-de-France (où Aimé Césaire était quasiment assiégé) et Le Lamentin. Les Sablé, Maran, Valcin, Emile Maurice et autres régnaient en maitres ! Le désastre actuel est d'abord dû à ceux qui ont régné pendant 50 ans à savoir de 1946 à 1996 !

En politique comme en amour, il trompe qui peut

MONTHIEUX Yves-Léopold

31/07/2022 - 14:01

PRESTIDIGITATION / OU WEY-I OU PA WEY-I. De 1946 à 1958 : communistes (pères de l'assimilation), SFIO, radicaux ; De 1958 à 1981 : droite gaulliste et giscardienne ; De 1983 à 2022 : PPM (Césaire, Darsières, Lise, Letchimy) ; PCM (Capgras) ; MIM (AMJ). Bref : 56 / 76 ans de gauche assimilationniste deviennent 53 ans au lieu de 23 de droite. En 2022, y a-t-il encore quelqu'un à tromper ?

Diversion.

OuiNon

31/07/2022 - 18:40

"Les revendications incessantes sur de changements de statut portées par les élus, sans mandat explicite de la population, sont une diversion pour éviter de regarder en face le vrai problème de la Martinique : l'incapacité de ses élus à gérer convenablement et honnêtement ce qui est de leur ressort, comme le démontre la catastrophe du traitement et de la valorisation des déchets, ou de la distribution de l'eau" m'a dit un ami. Triste mentalité, je trouve.

Bilans et Dignité

MONTHIEUX Yves-Léopold

01/08/2022 - 07:36

Toujours des demandes et jamais des bilans. C'est vrai, quand on aime on ne compte pas. Surtout lorsqu'on est sous la douche ! Cependant il serait non seulement normal mais digne de présenter le bilan des réalisations dans les compétences acquises avant d'en demander de nouvelles. Celui de la départementalisation en général, celui de l'assimilation sous la droite et sous la gauche, celui de 40 ans de décentralisation, celui des diverses modifications institutionnelles intervenues (à la demande des élus locaux(, celui des domaines d'autonomie actuels (transports, eau, déchets ...).

VOUS AVEZ DIT "LE PEUPLE MARTINIQUAIS" ?

Albè

01/08/2022 - 12:02

Quand ont déclare que "le peuple martiniquais a voté par deux fois pour refuser l'autonomie", il faut s'entendre : à peine 30% du corps électoral s'est exprimé. Et donc 70% se sont tus ! Dans l'Hexagone, quant l'abstention frôle les 30 ou 40%, tout le monde s'émeut, crie au loup, s'inquiète de la fragilisation de la démocratie etc...Un vrai branle-bas-de combat ! Chez nous, par contre, cet absentéisme récurrent n'émeut ni ne gêne vraiment personne. Il est vrai qu'en 1946, le "peuple martiniquais" n'avait pas été consulté DU TOUT quand la Martinique est devenue du jour au lendemain un "département d'Outremer" ! Du coup, pourquoi certains voudraient-ils qu'aujourd'hui, on le consulte sur son avenir ?

Connexion utilisateur

Commentaires récents

  • Jean-Luc Mélenchon : la Corse c'est la France, Taïwan c'est la Chine, la Martinique c'est la France

    Micro-processeurs.

    OuiNon

    07/08/2022 - 20:32

    Lors de la Seconde guerre mondiale, Tchang Kaï-chek combat le Japon, ce qui lui vaut de faire par Lire la suite

  • Aux "Journées Internationales" de Corte (en Corse), ils étaient tous là sauf les Antillais

    Simplement : pourquoi ?

    OuiNon

    07/08/2022 - 18:22

    Albè :
    Lire la suite

  • Aux "Journées Internationales" de Corte (en Corse), ils étaient tous là sauf les Antillais

    N'IMPORTE QUOI !

    Albè

    07/08/2022 - 17:49

    Vous racontez n'importe quoi ! Lire la suite

  • Passeport mauricien : Vous pouvez vous rendre dans 146 pays sans visa

    Voyages...

    OuiNon

    07/08/2022 - 15:35

    Les Mauriciens qui ont un passeport peuvent se rendre sans visa dans 146 pays.
    Lire la suite

  • Ki manniè bagay-tala posib ?

    Ki mannyè sa posib ? Très simple !!

    Rose

    07/08/2022 - 14:49

    Réponse :les Seychellois ont opté pour le libéralisme et le tourisme ,comme Barbade , les Bahamas Lire la suite

Visiteurs

  • Visites : 1238581
  • Visiteurs : 64405
  • Utilisateurs inscrits : 194
  • Articles publiés : 1329
  • Votre IP : 44.200.30.73
  • Depuis : 01/05/2021 - 18:57